fbpx

Une astro-numérologue qui rémunère ses diffuseurs

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Galyas

C’est ce que propose Galyas, qui réalise sur mesure des capsules de numérologie avec les auditeurs des radios qui la diffusent. Un accord gagnant-gagnant : du trafic pour elle, et une recette pour la radio. Une bonne façon de mettre de la vie dans une tranche de week-end, par exemple, et de créer plus de proximité à l’antenne tout en gagnant quelqu’argent.

C’est presque surprenant au départ, mais c’est pourtant en réalité assez fréquent. « J’ai très souvent fonctionné sur ce modèle. Beaucoup de prestataires indépendants, comme moi, proposent (ou se voient proposer) ce genre de contrat. » 

Galyas n’est pas une débutante. En quelques décennies de pratique de la numérologie, elle a exercé son art sur de nombreuses radios de France et des pays francophones, et souvent sur ce modèle. Un modèle d’ailleurs bien rôdé. « Je travaille avec des studios pros pour une production carrée. Les auditeurs m’appellent directement et j’adapte la durée des capsules aux souhaits de la radio ».

LA NUMÉROLOGIE À L’HEURE DU NUMÉRIQUE

« Les formats qu’on me demande le plus souvent ? Une question et une réponse courte, de moins de trois minutes par exemple, pour une quotidienne en semaine. Ou au contraire un format plus long, avec 4 ou 5 auditeurs pour une émission d’une heure le week-end. Où l’on prend plus le temps de rentrer en conversation avec l’auditeur« . Les capsules sont livrées en prêt à diffuser. 

Galyas pratique son art avec une grande sincérité. Et elle entend « dépoussiérer » les émissions du genre. « Chez moi, on n’entend pas une Madame Irma avec sa boule de cristal. Nous sommes dans quelque-chose de plus tendance, qu’on voit beaucoup dans les magazines féminins, avec la chaleur de la radio en plus. » 

Galyas propose de rémunérer les radios en fonction de leur audience. A quelles radios sa proposition s’adresse-t-elle ? « Pour que le modèle soit rentable pour moi, les radios doivent posséder une certaine surface.Les radios qui misent sur la proximité, qui entretiennent le dialogue avec leurs auditeurs en tirent souvent un vrai plus« . Ce genre de format est-il réservé à des radios adultes ou féminines ? « Non, détrompez-vous. J’ai régulièrement travaillé pour des radios très musicales ou assez jeunes qui cherchaient à capter l’attention de leurs auditeurs et à leur fixer un rendez-vous rapide, avec un habillage dynamique. » 

Pour joindre Galyas : 06.01.13.56.61

Jean-Charles Verhaeghe / La Lettre Pro